le savoir et le faire

Comment la matière brute dans sa dimension de masse devient-elle objet, œuvre, forme sensible, poétique ou utilitaire ?

17′ _ 1 danseuse _ hors plateau (galeries, espaces publics, festivals, ateliers …)

 » Le savoir et le faire » est une loupe posée sur le moment particulier de la fabrication. Le processus de transformation de la matière à la forme y est magnifié. Le processus et le geste sont déconstruits et développés indépendamment en 5 différents modules qui rendent hommage au processus de fabrication. »

Suite à des rencontres et des entretiens avec des artisans (un verrier, un céramiste, une ébéniste et d’autres à venir), des gestes, des attitudes et des procédés sont recueillis et analysés. Émergent de cette phase d’observation les modules du solo, qui traitent chacun d’un aspect particulier du processus : la main, l’œil, la matière, la forme et le geste. A chaque fois, il s’agit de résoudre les questions suivantes : Quel est le rôle particulier d’un aspect défini dans le tout que forme le processus de fabrication ? Qu’est-ce qui rend cet aspect particulier perceptible aux yeux d’un observateur ? Quels moyens peuvent-être mis en jeux dans le travail chorégraphique et quelles sont les relations particulières à créer avec le public afin de rendre le rôle et la fonction spécifique de chaque aspect perceptible au public du solo ?

Au delà de l’intension de rendre hommage au travail manuel, à la beauté minimale du geste artisanal, il s’agit aussi d’évoquer le savoir-faire du danseur en mettant en parallèle le savoir-faire manuel de l’artisan et le savoir-faire corporel du danseur. En effet, concernant les danseurs, on parle volontiers de technique comme une excellence vers laquelle tendre, dans un rapport quasi sportif à l’exploit physique. Mais comment qualifier alors ce qui permet au danseur de créer, d’exécuter son art dans la sensibilité, la finesse, la fragilité, mais non sans maîtrise de son geste. Si l’on considère le savoir-faire comme la connaissance fine, intuitive et totalement intégrée, acquise au fil du temps, de la transmission et de la répétition, alors la notion de savoir-faire devient tout à fait pertinente. La traiter dans un spectacle apparaît donc de surcroîts comme un excellent moyen de familiariser les publics à la danse contemporaine et sa démarche sensible, poétique, à la fois personnelle et universelle.

Création: 25 mai 2013 – Centre d’Art des Moulins de Paillard ; 1 juin 2013 – Dorset Art Fair 

Diffusion: 29/06/2013 – Festival la Bacchanale, Saint-Pierre-les-Bois // 1/04/2015 – Théâtre Berthelot, Montreuil // 20/09/2015 – Les mains d’Or, La Varenne // 24/03/2016 – Présence d’Artistes, Tergnier // 16/04/2016 – Parole Errante, Montreuil

Chorégraphie et interprétation: Elodie Escarmelle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Crédit photo: Estelle Offroy

Publicités