initials

En février 2011, Elodie Escarmelle réalise la chorégraphie d’un film commercial pour la sortie du nouveau parfum d’une grande maison française.

1’30 _ 1 danseuse _ Film commercial

Idée initiale du client: Développer une chorégraphie autour des thèmes du parfum qui sont la sensualité et l’envol.

Conditions techniques: La danseuse évolue sur une plaque de verre et est filmée par dessous.

Proposition chorégraphique: Le corps de la danseuse est habité par la sensation, il est disponible, prêt à être surpris et traversé de frissons. Le mouvement est organique, séquentiel, fait d’étirements et de relâchements, de petites accélérations et de suspension; il prend sa source au plus près de la colonne vertébrale qui s’articule, se courbe, ondule, pour à nouveau s’allonger. Les extrémités du corps elles aussi manifestent la résonance du mouvement: les poignets, les chevilles, la tête et le cheveux terminent le mouvement en arabesques élégantes et délicates. L’écriture est faite de relais d’une partie du corps à une autre, toujours initiés par la relation à le flacon de parfum ou par la sensation.

De nombreux choix chorégraphiques découlent aussi directement des contraintes du dispositif et enrichissent l’écriture. Afin d’enrichir le rendu de la chorégraphie vue de dessous, on s’attache à rompre l’aspect résolument deux-dimensionnel du travail au sol en travaillant avec des spirales, des élévations du corps à quelques centimètres du verre et des inversions. Ces éléments contribuent à un effet de perte de repère et d’envol.

 Afin de conserver l’élégance, la légèreté et la lisibilité du film, il est impératif d’éviter autant que possible les appuis larges et prolongés sur le verre dépoli: le vocabulaire spécifique au film est constitué de mouvements où la danseuse est en appuis par exemple sur le dessus des pieds et les mains ou encore où les côtes, la taille, les bas de jambes et la tête sont hors du sol.

Le flacon est présent tout au long du film, manipulée par la danseuse, il devient personnage à part entière du film. Le flacon est aussi constamment présent dans la conscience de la danseuse qui évolue en relation à lui. Elle s’en sert aussi pour dessiner les contours de son propre corps et le sublimer. Le flacon reste toujours visible contre le verre.

Danseuse: Anna Chirescu / Producteur: Caporal Films / Réalisatrice: Romina Shama /

Publicités